Accueil » Essais

Archives de Catégorie: Essais

Modernité et quête identitaire en Asie [MàJ]

17eme_comite_central_chineLe grand raout du Comité Central de Chine vient de confirmer le virage identitaire de la politique chinoise, désireuse de protéger sa propre culture tout en la promouvant à l’extérieur.

« BEIJING, 19 octobre (Xinhua) – Les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) ont adopté mardi une orientation qui vise à promouvoir le soft power de la Chine et à maintenir sa « sécurité culturelle ». Le 17e Comité central du PCC a clôturé mardi sa sixième session plénière et a approuvé la décision d’approfondir la réforme du système culturel et de promouvoir le développement de l’industrie de la culture. Le pays s’efforcera de consolider le sentiment d’identité et la confiance des citoyens chinois en leur culture, indique un communiqué publié à l’issue de la session. La culture est devenue une part importante de la compétitivité générale du pays dans le monde d’aujourd’hui, selon le communiqué. La Chine fait face à la difficile tâche de protéger sa « sécurité culturelle » et prend conscience de l’urgence de renforcer son soft power et l’influence internationale de sa propre culture, souligne le communiqué.  (suite…)

Europe, nazisme et islam (citations)

Le soleil d'Allah brille sur l'Occident

Pour Chateaubriand, l’islam est « favorable par système à l’ignorance, au despotisme ». Pour Tocqueville, auteur de La Démocratie en Amérique et qui a aussi étudié le monde musulman, il y a « peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet » et il met en garde contre « ses tendances sociales et politiques ». Pour Flaubert, il faut détruire la Mecque. Pour Churchill, « aucune force aussi rétrograde n’existe dans le monde » et il ajoute « la civilisation de l’Europe moderne peut s’écrouler, comme s’est écroulée la civilisation de la Rome antique ». Pour De Gaulle, les musulmans « ne sont pas français » et « ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri ». Enfin, pour Malraux, « le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam » et « tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution. » Aujourd’hui, le discours a complêtement changé. Pour François Fillon et Benoîst Apparu, « il faut faciliter la construction de mosquées dans notre pays, quitte s’il le faut à ce que l’Etat y participe ». Pour l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, « les musulmans sont chez eux en Europe ». Que s’est-il passé entre temps ?

Allah Sonne über der Abendland (Le Soleil d’Allah brille sur l’Occident) est un livre de l’écrivain allemande Sigrid Hunke (1913-1999) qui milita dans les années 30 à l’Union des étudiants nationaux-socialistes allemands (NSDS) avant de s’inscrire au Parti national-socialiste (NSDAP). En 1941, elle passa son doctorat à la faculté de philosophie de l’Université de Berlin sous la supervision de l’islamologue nazi Ludwig Ferdinand Clauss. En 1960, elle publia deux ouvrages qui la rendront célèbre: Europas eigene Religion (La Vraie Religion de l’Europe) et Allah Sonne über der Abendland. La thèse du livre exposée en quatrième de couverture est la suivante:

« Alors que l’Europe se débattait dans un Moyen Age de conflits et de blocages, le monde arabe était le théâtre d’une admirable civilisation […] Dans toutes les disciplines – mathématiques, astronomie, médecine, architecture, musique et poésie -, les Arabes multiplièrent les plus prodigieuses réalisations.[…] les réalisations de cette prestigieuse civilisation ont peu à peu gagné l’Europe où elles jouèrent un rôle déterminant dans l’éclosion de la civilisation occidentale. »

Les idéologues allemands comme Ludwig Ferdinand Clauss et Sigrid Hunke ont développé un mysticisme, mélange de théorie raciale, de néo-paganisme nordique et de fascination pour la culture arabo-musulmane. Les publications de Clauss sont à ce titre éloquentes: Die nordische Seele, Als Beduine unter Beduinen, Rasse und Seele, Die Weltstunde des Islam, pour n’en citer que quelques unes. Ce mysticisme, outre le fait d’avoir contribué à justifier l’alliance entre Adolphe Hitler et le Grand Mufti al-Husseini, permettait de faire totalement abstraction de la pensée occidentale entre l’Antiquité et l’époque moderne en résumant la civilisation à la mythologie nordique et au 3ème Reich avec le monde arabo-musulman comme passeur de témoin de la « civilisation ». Il s’agit bien entendu de révisionnisme.

Portail royal de la cathédrale de Chartres Pythagore AristotePortail royal de la cathédrale de Chartres. En bas à gauche: Aristote. En bas à droite: Pythagore.

A titre d’exemple, Bernard de Chartres était un philosophe platonicien et humaniste du XIIe siècle qui eut un rôle fondamental dans l’École de Chartres. Il est tout d’abord influencé par Boèce (Ve siècle), homme politique et philosophe latin, dont il adapte le platonisme. Il s’attache ensuite à réconcilier la pensée de Platon avec celle d’Aristote, ce qui fera de lui le plus grand penseur aristotélicien et platonicien du XIIe siècle. Il est connu notamment pour sa phrase « Nous sommes comme des nains juchés sur des épaules de géants » (en parlant des Anciens). Son frère, Thierry de Chartres, s’attacha à syncrétiser le Timée de Platon avec le récit de la Genèse. Outre des commentaires sur Boèce et Cicéron, il rédigea l’Heptateuque, un traité des sept arts libéraux enseignés à l’époque (Trivium Quadrivium): arithmétique, géométrie, musique, astronomie, grammaire, dialectique et rhétorique.

Ce même Moyen-Age continua d’exercer une profonde attraction au XIX siècle par exemple sous Napoléon III qui, avec Viollet-le-Duc, fit restaurer de nombreuses constructions médiévales: Notre-Dame à Paris, la cité de Carcassonne, le Château de Pierrefonds etc.

Cependant, la vision développée dans les années 30 d’un Moyen-Age européen arriéré et d’un monde arabomusulman « déterminant dans l’éclosion de la civilisation occidentale » (Hinke) occupe aujourd’hui une place croissante notamment dans les médias et les programmes scolaires, sous la pression de gouvernements étrangers, musulmans et américain:

« continuer et intensifier notre travail avec des musées français et des pédagogues dans le but de reformer les programmes d’histoire enseignés dans les écoles françaises »
Charles H. Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France, Minority engagement strategy

Le médiéviste Sylvain Gouguenheim, pour son livre Aristote au mont Saint-Michel, a par exemple déclenché les foudres de la bourgeoisie collaboratrice française pour n’avoir pas relayé la version nazie de l’Histoire.

L’alliance entre le 3ème Reich et le monde musulman conduisit Hitler et le Grand Mufti al-Husseini à la mise en place de troupes Waffen SS musulmanes comme celles de l’imam Halim Malkoc qui occupèrent la ville de Villefranche-de-Rouergue en 1943 avec la collaboration de l’État Français. Le multiculturalisme fut introduit par des accommodements à l’islam: lutte contre ‘l’islamophobie’ (Himmler) et repas halal (« le droit indiscutable, prévu par leur religion, à ne pas manger de la viande de porc et à ne pas boire de boissons alcooliques. Il faudra leur garantir des menus équivalents » Hitler, 1943). Sous le 3ème Reich, Clauss travailla à la mise en place d’une école pour imams à Dresde. Ces accommodements furent appliqués par exemple au sein des Waffen SS de la 13ème Handchar, ou aujourd’hui dans l’armée française (rations halals, imams militaires) malgré semble t-il quelques protestations rapidement réprimées.

mein-kampf-hitler-quatarMein Kampf, bestseller dans le monde musulman, ici au Quatar, sponsor de nombreux politiciens et industriels français

Aujourd’hui, Allah Sonne über der Abendland, bien que révisionniste, pourrait figurer dans les nouveaux programmes scolaires sans y dénoter, ce qui aurait été impensable jusqu’à une date récente. Afin de mettre en évidence ce changement de perception de l’islam en Europe et en France plus particulièrement, on a regroupé ici des citations classées par ordre chronologique.

Citations par ordre chronologique

« les larmes et soupirs de plus de deux milles Français de nation esclaves en la seule ville d’Alger en Barbarie […] D’autres sont écorchés tout vif, et quantité de brûlés à petit feu, spécialement ceux qui blasphèment ou méprisent leur faux prophète Mahomet, et à la moindre accusation et sans autre forme de procès, sont trainés à ce rigoureux supplice […] Nous voyons souvent de nos compatriotes mourir »
Les larmes et clameurs des Chrestiens françois de nation captifs en la ville d’Alger en Barbarie adressées à la reine régente, 1643

« Le mahométan lui crie : « Prends garde à toi si tu ne fais pas le pèlerinage à La Mecque ! » « Malheur à toi, lui dit un récollet, si tu ne fais pas un voyage à Notre-Dame de Lorette ! » Il rit de Lorette et de La Mecque »
François Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778), Dictionnaire philosophique (1764), définition du Théiste

« Auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule : à l’instant un envoyé… de je ne sais où se plaint que j’offense dans mes vers la Sublime-Porte, la Perse, une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Egypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc : et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant : chiens de chrétiens. Ne pouvant avilir l’esprit, on se venge en le maltraitant. »
Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais (1732-1799) dans Le Mariage de Figaro ( 1782), Acte V, Scène 3

« un culte ennemi de la civilisation, favorable par système à l’ignorance, au despotisme, à l’esclavage […] L’esprit du mahométisme est la persécution et la conquête […] Où en serions-nous si nos pères n’eussent repoussé la force par la force ? Que l’on contemple la Grèce et l’on apprendra ce que devient un peuple sous le joug des Musulmans. […] Ceux qui s’applaudissent tant aujourd’hui du progrès des lumières auraient-ils donc voulu voir régner parmi nous une religion qui a brûlé la bibliothèque d’Alexandrie, qui se fait un mérite de fouler aux pieds les hommes et de mépriser souverainement les lettres et les arts ? »
François-René de Chateaubriand (1768-1848), Itinéraire de Paris à Jérusalem, Editions Garnier, p.334

« Si l’on préfère la vie à la mort on doit préférer la civilisation à la barbarie. L’islamisme est le culte le plus immobile et le plus obstiné, il faut bien que les peuples qui le professent périssent s’ils ne changent de culte. »
Alfred de Vigny ( 1797-1863), Journal d’un poète (1831)

« J’ai beaucoup étudié le Coran à cause surtout de notre position vis-à-vis des populations musulmanes en Algérie et dans tout l’Orient. Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu’il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’hui si visible du monde musulman et quoique moins absurde que le polythéisme antique, ses tendances sociales et politiques étant, à mon avis, infiniment plus à redouter, je la regarde relativement au paganisme lui-même comme une décadence plutôt que comme un progrès. »
Alexis de Tocqueville (1805-1859), 22 octobre 1843, dans Oeuvres, papiers et correspondances d’Alexis de Tocqueville, paru chez Gallimard, 1962, t.2, p.25, Jean-Paul Mayer.

« Je demande, au nom de l’humanité, à ce qu’on broie la Pierre-Noire, pour en jeter les cendres au vent, à ce qu’on détruise la Mecque, et que l’on souille la tombe de Mahomet. Ce serait le moyen de démoraliser le Fanatisme. »
Gustave Flaubert (1821-1880)

« Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d’un vieux sheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies. »
Mustapha Kemal (1881-1938), Méhémet Ali, le fondateur de l’Egypte moderne, paru chez Editions L’Harmattan, 1996, p.199, Guy Fargette.

« Certains musulmans peuvent montrer de splendides qualités, mais l’influence de la religion paralyse le développement social de ceux qui la suivent. Aucune force aussi rétrograde n’existe dans le monde. Loin d’être moribond le mahométanisme est une foi militante et prosélyte. […] la civilisation de l’Europe moderne peut s’écrouler, comme s’est écroulée la civilisation de la Rome antique. »
Winston Churchill (1874-1965)

, puis vinrent les années 30…

« Alors que l’Europe se débattait dans un Moyen Age de conflits et de blocages, le monde arabe était le théâtre d’une admirable civilisation […] les réalisations de cette prestigieuse civilisation ont peu à peu gagné l’Europe où elles jouèrent un rôle déterminant dans l’éclosion de la civilisation occidentale »
Sigrid Hunke (1913-1999)

« On doit garantir à tous les membres musulmans des Waffen-SS et de la police le droit indiscutable, prévu par leur religion, à ne pas manger de la viande de porc et à ne pas boire de boissons alcooliques. Il faudra leur garantir des menus équivalents. (…) Je ne veux pas que, par la stupidité et l’étroitesse d’esprit de quelques individus isolés, un seul de ces héroïques volontaires eut à ressentir une gêne et à se croire privé des droits qui leur ont été assurés. »
Adolphe Hitler (1889-1945),  1943

« La France et l’Italie […] auraient dû renoncer à une politique de grandeur hors de saison. Elles eussent renoncé du même coup à leurs prétentions en Afrique du Nord et dans le Proche-Orient, ce qui eût permis à l’Europe de faire une audacieuse politique d’amitié à l’égard de l’Islam. »
Adolphe Hitler (1889-1945), Testament politique

« Hitler était très sensible à… à l’islam, ça c’est vrai. Mais d’autre part il savait les possibilités immenses que représentait l’islam pour une Europe unie. […] Hitler avait pris ces musulmans, avait ouvert ses rangs aux musulmans, parce que, tôt ou tard, l’Europe allait avoir besoin de cet immense monde musulman […] ce que Hitler voulait c’est former des divisions de jeunes SS, Waffen SS musulmans, qui après ça feraient dans leur pays la transformation nationale et socialiste ce qui ferait qu’on aurait lutté en camarades […]  c’est à tel point que j’ai vu, au nouvel an 45, les 60.000 Waffen SS (musulmans) recevoir d’Hitler une petite chaînette en or avec un coran : chacun recevait un coran, comme souvenir. »
Léon Degrelle (1906-1994), collaborateur, membre de la division SS Wallonie, SS-Obersturmbannführer

« La propagande allemande était bien organisée à Poitiers. Elle dépendait du bureau de la « Gestapo » à la Kommandantur. Elle eut très peu de prise sur les Sénégalais et sur les Antillais. D’ailleurs, de bonne heure, elle porta uniquement sur les Arabes : journaux arabes édités par les Allemands, faveurs accordées au culte musulman, aux espions, etc. Les « intellectuels » arabes, je veux dire ceux qui avaient quelque instruction, étaient les meilleurs agents de l’Allemagne. »
Léopold Sedar Senghor (1906-2001), extraits de ses mémoires sur sa captivité en 1940

« Qu’on ne se raconte pas d’histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leur djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! »
Charles De Gaulle (1890-1970)

« C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles […] le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam […] Les « misérables » ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane […] Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution. »
André Malraux (1901-1976)

« L’islam est un atout extraordinaire pour la France »
Jacques Attali (1943-)

« A mon avis, il faut faciliter la construction de mosquées dans notre pays, quitte s’il le faut à ce que l’Etat y participe. Même si c’est contraire à loi de 1905, il faudra faire un aménagement s’il le faut. »
Benoîst Apparu (1969-)

« Comment finance-t-on les lieux de prières ? Voilà une question qui mérite d’être posée […] S’il faut envisager des aménagements (à la loi de 1905)… alors nous agirons »
François Fillon (1954-)

« Les musulmans sont chez eux en Europe, où ils sont présents depuis des siècles, comme l’indique l’Assemblée dans sa Recommandation 1162 sur la contribution de la civilisation islamique à la culture européenne. »
Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, résolution 1743

« Cette disposition vise à introduire les principes de la charia dans le droit de la fiducie en la rendant compatible. »
Chantal Brunel (1948-)

« Disons-le, martelons-le, répétons-le à ceux qui souffrent d’un déficit de connaissances et de culture : l’islam est l’une des civilisations les plus fécondes qui a eu dans l’histoire de l’humanité. »
Eric Brunet (1964-), sur RMC (radio fondée par les nazis en 1943)

« L’islam dans sa dimension universelle est un élément constitutif, à part entière de ce qu’est la France aujourd’hui. »
Manuel Valls, inaugurant la mosquée de Cergy, 6 juillet 2012

Ébauche des causes, en citations

La corruption ?

« Nous sommes déterminés à faire de Paris une grande place d’accueil de la finance islamique […] La finance islamique présente bien des avantages »
Christine Lagarde (1956-)

La collaboration de la bourgeoisie, notamment des journalistes ?

« Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps une pareille inconscience de la bassesse. Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale. Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Quel émerveillement ! Pétain était un grand homme. Pas besoin d’austérité ni d’effort ! Pétain avait trouvé l’arrangement. Tout allait se combiner à merveille avec les Allemands. Les bonnes affaires allaient reprendre. Bien sûr, cela représente 5% de la nation, mais 5% qui, jusqu’à moi, ont dominé. La Révolution française n’a pas appelé au pouvoir le peuple français, mais cette classe artificielle qu’est la bourgeoisie. Cette classe qui s’est de plus en plus abâtardie, jusqu’à devenir traîtresse à son propre pays. Bien entendu, le populo ne partage pas du tout ce sentiment. Le populo a des réflexes sains. Le populo sent où est l’intérêt du pays. Il ne s’y trompe pas souvent. En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir. Cela m’est complètement égal que vos journalistes soient contre moi. Cela m’ennuierait même qu’ils ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et l’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale ! »
De Gaulle (1890-1970), cité par Peyrefitte

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes »
Winston Churchill (1874-1865)

Le conformisme et la peur de dire la vérité ?

« L’expérience d’Asch est une expérience réalisée en 1951 par le psychologue Solomon Asch qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d’un individu au sein d’un groupe.  […]  beaucoup furent assez perturbés, et un grand nombre (37 %) finissait par se conformer aux mauvaises réponses soutenues à l’unanimité par les complices. Les sujets étaient même amenés à soutenir des réponses allant contre l’évidence et leur propre vue »
L’expérience d’Asch, 1951, article Wikipédia

Une démocratie (de nouveau) malade ?

« Les uns l’appellent démocratie, les autres de tel autre nom qu’il leur plaît ; mais c’est en réalité le gouvernement de l’élite avec l’approbation de la foule. […] Les autres états sont formés de populations hétérogènes de toute provenance, et cette diversité se retrouve dans leurs gouvernements, tyrannies et oligarchies ; dans ces États, les citoyens sont traités en esclaves par un petit nombre »
Platon (424-347 av. J.-C.)

« le risque d’une utilisation abusive des votes, initiatives et référendums populaires »
Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, résolution 1743

« L’autorité ne vient plus d’en bas ; elle est proprement celle que je confie ou que je délègue. »
Philippe Pétain (1856-1951), 1941

« Les dirigeants du mouvement européen (Retinger, le « visionnaire » Robert Schuman, l’ancien Premier ministre Paul-Henri Spaak), étaient tous traités comme des employés par leurs parrains américains. Le rôle des États-Unis fut camouflé comme pour une opération secrète. L’argent provenait des Fondations Ford et Rockefeller ainsi que de milieux d’affaires »
Extrait du Daily Telegraph du 19/09/2000 sur des documents secrets du gouvernement américain qui vennaient d’être déclassifiés

Une utilisation des musulmans par les États-Unis comme 5ème colonne en France ?

« Notre objectif est d’intervenir dans la population française à tout niveau […] faisant ainsi avancer les intérêts des Etats-Unis […] continuer et intensifier notre travail avec des musées français et des pédagogues dans le but de reformer les programmes d’histoire enseignés dans les écoles françaises, afin d’y faire prendre en compte la présence et le point de vue des [terme américain: « minorities »] dans l’histoire de France. […] En nous appuyant sur notre travail avec deux sites d’envergure à destinations des jeunes musulmans francophones, oumma.com et saphirnews.com, nous allons aider, entrainer et mettre en place des activistes politiques et médiatiques »
Ambassador Charles H. Rivkin, Minority engagement strategy, Embassy Paris, 19-01-2010

« Je dispense des cours de psalmodie du Coran, c’est mon domaine de prédilection […] Je lutterai pour qu’enfin l’islam puisse reprendre toute sa place dans la République »
Nassurdine Haidari, « imam comorien » selon Le Monde et… adjoint au maire PS de Marseille lié au Département d’État Américain

« nous rencontrons l’attachée culturelle de l’ambassade des Etats-Unis, Laura Berg […] Elle dispose d’un budget annuel dont la somme exacte est confidentielle […] Laura Berg préfère taire les noms des associations aidées par les Etats-Unis, certaines œuvrant au dialogue judéo-musulman. De l’argent américain, ça peut rapidement délégitimer une cause si la chose vient à se savoir. »
Extraits d’un article paru dans le magazine suisse L’Hebdo en 2007

« On a été courtisés par des mécènes … ils nous ont dit : votre prix c’est le  notre …  la Fondation Ford nous a dit l’argent que vous voulez on vous le donne »
Samy Debah, Collectif contre l’islamophobie

A voir

L’âme populaire

Antiquité – Ere chrétienne – Ere moderne

  1. Deux des douzes tables d’Ephèse, fondements de la loi romaine de 451 av. J.-C. qui étaient disposées sur les murs du temple de Jupiter
  2. Les dix commandements
  3. Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789
  4. Louve capitoline allaitant Romulus et Rémus, fondateurs de Rome (XIIème sc.)
  5. La Vierge et l’Enfant , Hans Baldung (1480–1545)
  6. Alma parens, William Bouguereau (1825-1907), allégorie de la France et de ses enfants (détail)
  7. La mort de Socrate, Giambettino Cignaroli (1706-1770) (détail)
  8. Jésus descendu de la croix (source inconnue, détail)
  9. La mort de Marat, Joseph Roques (1754-1847)
  10. La maison carrée, temple romain édifié à Nîmes entre le Ier et le Vème sc. ap. J.-C
  11. Devanture du château de Vaut-le-Vicomte (XVIIème sc.)
  12. Assemblée nationale (palais Bourbon)
  13. Statue de la déesse Athéna (Minerve chez les Romains)
  14. Jeanne d’Arc au sacre du roi Charles VII, Dominique Ingres (1780-1867) (détail)
  15. Figure allégorique de la République, Antoine-Jean Gros (1771-1835)
  16. Statue équestre de Marc-Aurèle (empereur de 161 à 180)
  17. Louis XIV devant Maastricht, Pierre Mignard (1612-1695) (détail)
  18. Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard, Jacques-Louis David (1748-1825)
  19. Arc de triomphe romain d’Orange (Ier sc. ap. J.-C.)
  20. Arc de triomphe de Montpellier (1691) portant une dédicace en latin à Louis XIV
  21. Arc de triomphe du Carrousel (1809) célébrant la victoire de Napoléon à Austerlitz
  22. Statue équestre de Vercingétorix réalisée en 1903 par Bartholdi
  23. Jeanne au siège d’Orléans, Jules Eugène Lenepveu (1809-1898) (détail)
  24. La Liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix (1798-1863) (détail)

Ni les changements de milieu ni les conquêtes ne suffisent à modifier l’âme d’un peuple. Le sol, les institutions, la religion même ne changent pas l’âme d’une race.

Gustave Le Bon,Lois psychologiques de l’évolution des peuples, 1894 (disponible ici)

Globalisation et néo-romantisme

le voyageur contemplant une mer de nuages« tout se met en place pour le retour en force d’une attitude néo-romantique » Mathieu Gauthier dans Un néo-romantisme ?, Phares, 2001

Désenchantement d’une génération prise d’un Mal du Siècle, contestation des valeurs des aînés, recherche des identités nationales et des racines, goût pour le « local » et la Nature… les similarités sont nombreuses entre le mouvement romantique du XIXème siècle et l’état d’esprit qui anime une partie de la jeunesse d’aujourd’hui. Il y a dix ans déjà Mathieu Gauthier proposait une analyse lumineuse du néo-romantisme. Par exemple, comment ne pas voir dans ce texte de Marie-Thérèse Bouchard l’expression d’un Mal du siècle ? (suite…)

Essai en vers sur le modèle américain

Dialogue entre Finance et Politique

Ma personne jadis d’esclaves était gourmande.
C’était alors un vice et vous une brigande !
Vous n’eûtes nulle pitié et mon business sombra.
Sur votre intérêt la Liberté gagna,

Comment fîtes-vous ma chère pour ne pas succomber ?
J’apprivoisais le droit par la cupidité.

Ici le train de vie a beaucoup progressé .
Mais cette main d’œuvre-ci n’est plus très bon marché .
Votre business model, quel est-il aujourd’hui ?
Ou l’outil vient aux pauvres ou ils viennent à lui.
Délocalisation ainsi qu’immigration ?

C’est grâce à votre droit comme une résurrection !

Mais le peuple gronde du chamboulement ethnique.
Et bien mentez, interdisez les statistiques.
Le peuple observe et voit la chose avec défiance.
Dites que c’est un fantasme et en même temps une chance. (suite…)