Accueil » Histoire » Béatrice, Christine, Élisabeth et les autres

Béatrice, Christine, Élisabeth et les autres

Inspiré par cet article de fromageplus, voici ma contribution tardive à la Journée Internationale de la Femme, sous forme de portraits: Béatrice de Die, Christine de Pisan, Élisabeth Vigée Le Brun, Annie Oakley, Bessie Coleman et Alice de Janzé.

Béatrice de Die

beatrice de dieBéatrice de Die, MS cod. fr. 12473 (Bibliothèque Nationale), 13ème siècle

La comtesse de Die (1140-1174) était une troubadouresse (ou trobairitz) de langue occitane. On sait peu de choses sur elle, hormis cette vida:

« La comtesse de Die fut l’épouse du seigneur Guillaume de Poitiers, belle et bonne dame. Elle s’enamoura du seigneur Raimbaut d’Orange, et fit sur lui maintes bonnes chansons » (source).

Sa chanson intitulée A chantar m’er est la seule d’une troubadouresse qui ait survécu avec sa musique. Celle-ci se trouve dans Le manuscript di roi, un recueil écrit vers 1270 pour Charles d’Anjou, frère de Louis IX (source). Elle a fait l’objet de nombreuses reprises, par exemple par la chanteuse iranienne Azam Ali :

Christine de Pisan

Christine de Pisan (1364-1430) était une érudite qui écrivit des traités de philosophie, de politique et de poésie. A l’âge de 26 ans, elle se retrouva veuve avec trois enfants à charge et sans revenu. Elle décida alors de vivre de sa plume et composa une série de pièces lyriques qui obtinrent un grand succès et lui attirèrent la protection de puissants personnages. On lui doit, entre autres, la Cité des dames.

Christine_de_Pisan_and_her_son

Élisabeth Vigée Le Brun

Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) était une peintre et une remarquable portraitiste. Elle connue l’Ancien Régime, la Révolution et la période napoléonienne.

Elisabeth Vigee Le BrunAutoportrait au chapeau de paille, 1782

elisabeth vigee le brun - augustin pajouVigée Le Brun, par Augustin Pajou

Elisabeth Vigee Le Brun - Augustin Pajou

(détail)

Le personnage de Vigée Le  Brun apparait brièvement (sous les traits d’Evelyne Bouix) dans le film Beaumarchais l’Insolent:

Vigee Le Brun 8

Annie Oakley

Femme légendaire de l’ouest américain. Et très fine gâchette. (1860, 1926)

annie oakley3

Annie Oakley

annie oakley2

Annie Oakley filmée par Edison en 1894 :

Bessie Coleman

Bessie Coleman (1892-1926) était une fille d’ascendance afro-américaine et cherokee née en 1892, au Texas, de parents paysans.  Elle commença par travailler comme manucure dans un salon de beauté mais rêva de devenir pilote d’avion… Ségrégation oblige, elle apprit donc en France.

bessie coleman

Coleman Bessie

bessie coleman 6

Alice de Janzé

Alice de Janzé 2

Alice de Janze

Pour en savoir plus sur Alice de Janzé (1899-1941), voir mon article précédent à l’occasion de la sortie de The Temptress de Paul Spicer.


9 commentaires

  1. […] n’ont qu’à aller jeter un coup d’oeil à ces deux pages. L’une sur fromageplus, l’autre sur maitrederville .. même les types sont conviés – la plupart des images […]

  2. lhddt dit :

    Quant on veut, on peut.

  3. blh dit :

    Merci lhddt, je visite ce blog ( et l’autre).
    On a pas une Jeanne d’Arc aussi, qui mériterait que l’on s’attachât à ses souvenirs ?
    j’en ai même trouvé une au Japon, ainsi que Jeanne Hachette.
    Et quelques belles aviatrices, Marie Vallières de Beaumont, Jacqueline Auriol, Amelia Earhart, Hélène Boucher.

    • Derville dit :

      Jeanne d’Arc, évidemment, mais elle est tellement connue ! En tout cas, j’ai été agréablement surpris de voir qu’elle était jouée au théâtre par Horikita Maki. J’avais d’ailleurs écrit un court article à cette occasion. Si ça vous intéresse, un DVD de la représentation doit sortir cet été mais je ne sais pas s’il sera disponible en France. L’objet de cet article était surtout de publier de belles photos que j’avais en mémoire, pour le côté esthétique. Mais si vous voulez une ‘Jeanne d’Arc’ qui mérite que l’on s’attachât à ses souvenirs, je veux bien vous en proposer une autre: dans un livre du début du 18ème siècle comprenant une liste d’esclaves français ramenés d’Alger, on remarque la présence d’une certaine mademoiselle Marie-Anne du Bourk, de Paris, âgée de 9 ans:

      On retrouve cette même Marie-Anne du Bourk dans un autre livre où il est écrit que durant sa captivité elle donnait du courage aux autres esclaves et les exhortait à ne pas renier leur foi. Il faudrait que je retrouve ce passage.

  4. blh dit :

    Puis-je me permettre de placer la partie Béatrice de Die, avec quelques menus arrangements, à laquelle j’ai rajouté un morceau de Azal Ali ?
    Merci pour les urls.

  5. blh dit :

    Encore merci! ( Pas encore couché ? :) )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s